Réussir son entretien sans le rater

Réussir son entretien sans le rater

- 6 mins

Recruteur: Comment vous décririez-vous ?

Candidat: Oralement, mais j’ai préparé une danse aussi.


Au cours de ces dernières années, j’ai passé des entretiens, et fait passer des entretiens… beaucoup d’entretiens. Pour des postes de développeurs, principalement, mais aussi de chef de projet, Product Owner®, testeur et autres formidables métiers liés aux Technologies de l’Information. Voici mon histoire… enfin 2 erreurs que je vois bien trop souvent ainsi qu’une petite sélection de comportements à privilégier et d’autres à éviter.

Transformer l’entretien en une discussion à sens unique.


Recruteur: Concrètement, quel est votre plus gros défaut ?

Candidat: L’honnêteté.

Recruteur: Mmmmh, je ne pense pas que ça soit vraiment un défaut.

Candidat: Mmmmh, je m’en fous de ce que vous pensez.


Un entretien est une rencontre entre deux parties qui ont besoin l’une de l’autre. L’employeur recherche des compétences. Le candidat recherche un cadre de travail motivant où il pourra s’épanouir tout en mettant en oeuvre ses acquis dans le but d’atteindre des objectifs personnels… et de l’argent.

Il faut donc instaurer une relation win-win. Au-delà de la simple présentation de votre parcours (qui dans 77,2% des entretiens que j’ai fait passer consiste à regarder le candidat lire son CV du coin de l’œil), il faut faire le lien entre l’offre à laquelle vous postulez et votre CV.

Ne vous contentez pas de répondre aux questions par oui ou par non, même si votre interlocuteur est avare en questions ouvertes.

Posez des questions : à quoi ressemble la journée typique d’un <insérer l’intitulé du poste> ? Quelle est la stratégie de l’entreprise ?  On a bientôt fini ? Quelle est la stack technique ?

Vous remarquerez que ce sont des questions ouvertes qui ont un effet multiple :

Pour mettre en place une conversation (qui plus est avec des inconnus), il faut être à l’aise, et pour être à l’aise, il faut avant tout avoir confiance en ce que l’on dit. Et pour être sûr de ce que l’on raconte, pas de secret, faut préparer l’entretien. A chaque fois que j’ai assisté à un entretien à sens unique, c’est que la personne en face n’avait pas fait l’effort de se renseigner sur le poste ou sur l’entreprise. Tout est là, ou là, il suffit de chercher.

Essayer de bullshiter


Recruteur : Lors de votre dernière expérience, vous supervisiez les microtransactions financières d’une multinationale américaine, pouvez-vous détailler ?

Candidat : J’étais caissier au McDo.


Un « je ne sais pas » sera toujours mieux qu’une réponse erronée donnée de manière consciente. Toujours.

Le recruteur aura souvent plus d’expérience et de connaissances que vous. N’essayez donc pas de le bullshiter, surtout dans des domaines techniques comme l’informatique où il n’y a pas beaucoup de place pour la subjectivité. Si vous ne savez pas, dites-le. Positionnez vous en élève, les gens adorent enseigner des choses nouvelles aux autres (« mmmh intéressant ce concept d’«ordinateur», dites m’en plus » : bon, ça, c’est de l’abus.).

J’ai déjà eu l’expérience d’un candidat qui, tout en me regardant droit dans les yeux, m’a sorti une contrevérité tellement grosse que lui-même n’y croyait pas. Je le sais car j’ai vu une goutte de sueur couler sur sa tempe au moment où il a terminé sa phrase. Je crois qu’il n’en revenait pas. Quand je l’ai corrigé (après tout ça arrive),  il n’a pas accepté et a persisté dans son mensonge. Dans son esprit, je pense que c’était une question de vie ou de mort. Admettre qu’il avait tort, c’était mourir.

J’ai fini par dire ok, et pour lui, c’était comme une victoire, sourire en coin, j’ai vraiment cru qu’il allait allumer une cigarette.

Autant vous dire qu’à la fin de l’entretien, je lui ai serré la main, dit à bientôt…et envoyé une réponse négative avant même qu’il n’ait eu le temps de rendre son badge visiteur à l’hôtesse d’accueil.

La confiance en soi et en ses connaissances est une excellente chose, encore faut-il être humble et accepter quand on ne sait pas, ou qu’on a tort (et encore plus quand on sait qu’on a tort !).

Trucs à faire

Trucs à ne pas faire

Bonus pour les consultants (à ne pas faire)

Regarder son commercial à chaque phrase comme un élève en difficulté lors d’une rencontre parents-profs.

頑張って

Ali Lalouch

Ali Lalouch

Agiliste

rss facebook twitter github gitlab youtube mail spotify lastfm instagram linkedin google google-plus pinterest medium vimeo stackoverflow reddit quora quora